• Rose

A Fleur de peau...

Dernière mise à jour : mai 5

Maladies de peau, Affections de la peau et les Origines Psychiques

« Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, c’est la peau. » Paul Valéry a parfaitement résumé la particularité de cet organe, tout à la fois enveloppe protectrice, capteur de sensations, outil de communication…

Le lien entre psychisme et peau paraît évident. Pourtant, c’est un sujet complexe que l’on n’a pas fini d’explorer. « Le psoriasis et l’eczéma apparaissent souvent à la suite d’un choc, explique le Pr Alain Claudy. Comme les cheveux de Marie-Antoinette qui ont blanchi d’un coup, au cours de la nuit de Varennes ! Ce type de réaction est dû à une baisse brutale de l’immunité. Mais c’est la carte d’identité génétique de la personne qui détermine si son organisme aura cette réponse ou non. » Entre origine psychique et « terrain » génétique, il est difficile de faire la part des choses. Difficile aussi de déterminer si une maladie gênante physiquement et socialement comme le psoriasis est la conséquence ou la cause du stress… ou les deux à la fois ! « Dans le cas des maladies psychosomatiques, comme la pelade, poursuit le Pr Claudy, le fonctionnement psychique est normal, mais c’est la peau qui présente une réaction exagérée.

Et la gêne induite par ces dermatoses peut à son tour agir sur le psychisme.» Tous les « malades de la peau » relèvent-ils du psy ?

Je ne conseille jamais (sauf cas grave) de consulter un psychiatre, car cela remue trop de choses. Mais je ne m’oppose pas aux thérapies comportementales : si les personnes sont demandeuses, cela peut être utile. Quant aux cures thermales, elles sont une bonne solution… pour permettre à quelqu’un de sortir quelque temps d’un environnement perturbant. » Une « pause » qui ne résout rien, mais permet de souffler : « Avant de divorcer, raconte Danielle, j’avais constaté que mes mains, généralement crevassées par un eczéma purulent, reprenaient une peau de bébé lorsque je partais seule en randonnée ! » Les patients doivent avant tout modifier leurs propres attitudes .




Homéopathie, naturopathie, art-thérapie…

C’est aussi ce que conseille un internaute sur l’un des nombreux forums où s’exprime le ras-le-bol de ceux qui ont « tout tenté » : « Moi aussi, j’ai essayé les huiles essentielles, les extraits de pépins de pamplemousse, etc. Mais j’ai surtout fait un travail sur moi-même pour arriver à gérer mon anxiété, manger plus équilibré et faire au moins une séance de sport par semaine, voire plus lorsque cela ne va pas. » Agnès a suivi le même cheminement : pour son acné, elle a eu recours au dermatologue « classique », au psychothérapeute, à l’énergéticien… avant de découvrir la naturopathie : « Prendre le soleil, se détendre, mieux s’alimenter, se soigner avec les plantes… tout cela me permet de lutter contre le stress, et d’aller mieux », affirme-t-elle. Dominique Morinello, hypnothérapeute, reçoit des gens qui ont également « couru » les cabinets ou passé plusieurs années sur le divan d’un psychothérapeute : « L’hypnose ericksonienne désactive le conscient pour laisser émerger l’inconscient, explique-t-il. Les gens parviennent rapidement à faire remonter des traumatismes, comme un viol, et les émotions qui y sont associées, ce qui fait souvent disparaître le symptôme. »

Une approche thérapeutique globale L’observation, le questionnement et l’écoute du patient, à propos de sa vie actuelle et passée, de son environnement familial, des événements significatifs qu’il a vécus, sont essentiels… « Il est possible de distinguer différentes “catégories” de tempéraments, auxquelles correspondent souvent, outre l’affection dermatologique, des caractéristiques touchant un organe : le poumon, le foie, les reins… Les personnes atteintes de psoriasis, par exemple, sont souvent assez rigides. Elles ont besoin de tout maîtriser et ont peu développé le pôle émotionnel. Elles acceptent l’idée que leur dermatose a une composante psychique, mais en l’intellectualisant. En outre, elles ont souvent le souffle court. L’organe concerné est pour elles le poumon. Pour les gens qui souffrent d’eczéma, en revanche, le foie est important, car c’est le premier à ressentir ce qui se passe. Ces sujets ont souvent une tendance à la déprime. Verbalisant beaucoup, ils ont besoin de travailler leur volonté, le passage à l’acte. » C’est l’ensemble de la personne que la naturopathie vise à soigner… Ainsi, lorsque Danielle a divorcé, puis développé quelques-uns de ses talents (danse, musique…) jusque-là inexploités, elle a vu, avec l’aide de quelques crèmes et granules, disparaître son eczéma…


Le traitement, adapté au tempérament de la personne, doit être global : des médicaments homéopathiques, éventuellement un régime (par exemple pour soulager la vésicule), mais aussi une indication de yoga, de qi gong, d’art-thérapie… « Je préconise par exemple l’art de la couleur, le fusain, les dessins de forme pour les personnes ayant une dermite séborrhéique.



Il s’agit souvent d’hommes, d’une grande rigueur, qui maîtrisent le domaine des émotions qu’ils jugent trop bouillonnant ou, à l’inverse, trop pauvre. On est surpris de constater le contraste entre la bénignité de la dermatose et la gravité de la maladie de l’âme. » Se saisir de la première pour guérir la seconde, voilà bien l’enjeu des problèmes de peau.



1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout