• Rose

Juste une mise au point !

Mis à jour : juin 2

Suivant L'OMS :



Définition de la Médecine traditionnelle :

La médecine traditionnelle est la somme totale des connaissances, compétences et pratiques qui reposent sur les théories, croyances et expériences propres à une culture et qui sont utilisées pour maintenir les êtres humains en bonne santé ainsi que pour prévenir, diagnostiquer, traiter et guérir des maladies physiques et mentales.


Définition de : Médecine parallèle, alternative ou douce

Dans certains pays, les appellations médecine parallèle, alternative ou douce sont synonymes de médecine traditionnelle. Elles se rapportent alors à un vaste ensemble de pratiques de soins de santé qui n’appartiennent pas à la tradition du pays et ne sont pas intégrées dans le système de santé dominant.



Médicaments à base de plantes :

Les médicaments à base de plantes sont des produits médicinaux finis qui contiennent comme principes actifs exclusivement des plantes (parties aériennes ou souterraines), d’autres matières végétales ou des associations de plantes, à l’état brut ou sous forme de préparations.

  • Plantes: elles comprennent les matières végétales brutes telles que feuilles, fleurs, fruits, graines, tronc, bois, écorce, racines, rhizome et autres parties, entières, fragmentées ou en poudre.

  • Matières végétales: outre les plantes, elles comprennent les sucs, gommes, huiles grasses, huiles essentielles, résines et poudres. Dans certains pays, ces matières sont préparées selon divers procédés locaux: passées à la vapeur, grillées ou sautées au miel, ou préparées sous forme de boissons alcoolisées.

  • Préparations à base de plantes: elles comprennent comprennent les matières végétales en fragments ou en poudre, les extraits, teintures et huiles grasses, dont la production fait intervenir des opérations de fractionnement, de purification, de concentration ou d’autres procédés physiques ou biologiques. Elles comprennent également des préparations obtenues en faisant macérer ou chauffer des matières végétales dans des boissons alcoolisées et/ou du miel, ou dans d’autres matières.

  • Produits finis à base de plantes: ce sont des préparations obtenues à l’aide d’une ou plusieurs plantes. Quand plus d’une plante intervient dans la composition, on peut parler d’un mélange. Les produits finis et les mélanges peuvent contenir, outre les principes actifs, des excipients. Toutefois, si l’on y a associé des principes actifs chimiquement définis, notamment des composés synthétiques et/ou des constituants chimiquement définis, isolés de plantes, ces produits ne sont pas considérés comme des médicaments à base de plantes.

Utilisation traditionnelle des plantes médicinales

Les médicaments à base de plantes comprennent des plantes, des matières végétales, des préparations à base de plantes et des produits finis qui contiennent comme principes actifs des parties de plantes, d’autres matières végétales ou des associations de plantes. Par utilisation traditionnelle, on entend une utilisation de fort longue date de ces médicaments à base de plantes dont l’innocuité et l’efficacité ont été bien établies et qui sont même agréés par certaines autorités nationales.

Activité thérapeutique

Par activité thérapeutique, on entend la prévention, le diagnostic et le traitement de maladies physiques et psychiques, l’amélioration d’états pathologiques, ainsi que le changement bénéfique d’un état physique ou mental.

Principes actifs

Ce sont les principes qui ont une activité thérapeutique. Quand ils sont connus, il convient d’en normaliser le dosage si l’on dispose de méthodes analytiques appropriées. Dans les cas où il n’est pas possible d’identifier les différents principes actifs, la préparation peut être considérée comme formant un seul principe actif.


Saperlipopette que sont devenus nos druides ?

A l’époque de la chimie triomphante, aux fabricants de médicaments chimiques, certains répondaient en faisant l’éloge de la bardane, de l'ortie, du fenouil, de l’ail, de la lavande.

Leurs trésors à eux n’étaient pas des molécules à breveter, mais des tisanes, des décoctions, des huiles ou des plantes que chacun pouvait cultiver dans son jardin.

Au monde du bruit et du toujours plus, ils préféraient celui du silence, du jeûne, et de l’être intérieur. Ces gens-là, disait-on, « ils parlent aux oiseaux… » Mais aujourd’hui ?



* Quand on observe les scandales médicaux qui n’en finissent plus :

Depuis 1945, la France a connu de nombreux scandales sanitaires :

  • le scandale du Distilbène, un traitement ayant provoqué des malformations génitales chez les enfants ;

  • le scandale de l'hormone de croissance, un dossier ayant causé la maladie de Creutzfeldt-Jakob et la mort de 111 personnes ;

  • le scandale du chlordécone, un insecticide favorisant le cancer de la prostate ;

  • le scandale du sang contaminé, suite à la distribution de lots sanguins infectés par le virus du SIDA ;

  • Le gaspillage des vaccins H1N1 L’affaire remonte à 2009. En pleine pandémie grippale, la France commande 94 millions de doses de vaccins. Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, s’appuie sur des prévisions alarmistes et préconise deux injections par personne. Mais l’épidémie se révèle moins grave qu’attendu. Une injection est suffisante et seulement 6 millions de Français se font finalement vacciner. En dépit de l’annulation d’une commande de 50 millions de vaccins, les stocks demeurent trop importants et en 2010, 19 millions de doses périmées sont incinérées. Une dépense, achat et destruction inclus, d’environ 400 millions d’euros !

  • Vioxx : retour sur un tueur en série Le Vioxx est un anti-inflammatoire prescrit pour les douleurs liées aux maladies articulaires. Commercialisé entre 1999 et 2004 par le laboratoire Merck, il aurait, selon la FDA (Food and Drug Administration) provoqué 160 000 crises cardiaques et attaques cérébrales et 40 000 décès, rien qu’aux États-Unis. En dépit des rapports négatifs qui affluent, le laboratoire Merck et les autorités sanitaires maintiennent le Vioxx sur le marché jusqu’à son retrait en 2004. Le médicament, un véritable blockbuster, aura rapporté 2,5 milliards de dollars chaque année.

  • le scandale de l'amiante, dû à son utilisation en connaissance de sa dangerosité.

  • le scandale de l'Isoméride, un coupe-faim engendrant de graves problèmes de santé ;

  • le scandale du Mediator, un médicament ayant causé des centaines de morts ;

  • le scandale de la Dépakine, un traitement ayant provoqué de graves handicaps chez les enfants.

  • Levothyrox : une étude affirme que les deux formules ne sont pas équivalentes et donne raison aux patients.

Sans être devin, les différents vaccins du COVID, seront à l'affiche d'ici quelques années ...


* Lorsqu’on constate l’impuissance caractérisée de la médecine conventionnelle contre les maladies chroniques (diabète, dépression, sclérose en plaques, Alzheimer, Parkinson, fatigue chronique etc.),


* Quand on sait qu’il y a, en France, plus de 130 000 hospitalisations par an liées aux effets indésirables des médicaments, etc.


* Quand on découvre que certains médecins acceptent aujourd’hui de voir jusqu’à 45 patients par jour, parfois plus encore.


On commence à regarder l’affaire d’un œil TRES différent. Et on se demande si on ne s’est pas fait…complètement avoir !!!


Une infusion , une décoction...Sachez que cette médecine à des siècles d'expérience, elle s'améliore, se perfectionne en permanence…

Heureusement, les médecins ne sont pas tous obtus…

Une bonne collaboration est la clef du succès, l'un ne va pas sans l'autre…


Selon les notes d'un médecin phytothérapeute, le Dr. Gérard Debruygne, en 1972. La puissance et la modernité de ce qu’il écrivait alors au sujet des tisanes et des médicaments me paraissent aujourd’hui encore, sensationnelles :

« La tisane n’est pas un quelconque médicament donné rapidement et absorbé encore plus vite… » « Elle contient dans sa lente et confiante dégustation l’espoir même de la guérison. Elle est le symbole du confort, de l’affection et de la sollicitude qui unissent tendrement les membres d’une même cellule familiale. » « Par leurs préparations soigneuses et attentives, les recettes à base de plantes ne renferment-elles pas, déjà, un facteur sentimental de guérison ? Un comprimé présenté hâtivement au malade avec une gorgée d’eau n’a certainement pas le même effet psychique ».

Avec notre petite tisane, on touche au cœur même de « l’imposture » médicamenteuse : cette chimère d’une pilule qui soigne TOUT, TOUT de SUITE, sans le moindre effort de la part du patient, sans implication non plus du soignant. C’est une illusion totale. Qui ne peut pas fonctionner sur le long terme. Et qui sera toujours moins performante qu’une approche naturelle du soin.

Un chercheur mondialement connu, le Dr Deepak Choprah, en a fait la démonstration dans son livre « Le corps quantique ». Il explique la différence entre un corps qui réagit naturellement à un danger, et ce qui se passe dans ce même corps lorsqu’on le stimule avec un médicament face à ce danger. Vous allez voir, c’est sidérant. Tout commence avec un bruit sourd, une portière que l’on claque violemment. « Pam ! »…Le bruit entraîne immédiatement une décharge d’adrénaline, produite par les surrénales. Emportée par le sang, l’adrénaline déclenche les réactions :

  • du cœur, qui se met à pomper le sang plus vite,

  • puis des vaisseaux sanguins, qui se contractent et accentuent la pression,

  • du foie, qui produit un surplus de carburant sous forme de glucose,

  • du pancréas qui sécrète l’insuline pour augmenter le métabolisme du sucre,

  • enfin de l’estomac et des intestins qui cessent immédiatement la digestion des aliments pour que toute l’énergie puisse être disponible ailleurs.

C’est une partition à mille instruments, exécutée à un rythme qui s’accélère, sans la moindre fausse note : Magnifique ! Comme chef d’orchestre, celui qui contrôle l’exécution générale, c’est le cerveau, qui utilise l’hypophyse pour adresser la plupart de ces signaux hormonaux - sans oublier les nombreux autres signaux chimiques qui déferlent des neurones pour ajuster votre vision, aiguiser votre audition etc. Maintenant, que se passe-t-il lorsqu’on essaie de reproduire, avec un médicament, la même réponse de défense du corps ? Là, c’est une autre histoire : un éléphant dans un magasin de porcelaine serait plus précautionneux … L’injection indépendante d’adrénaline, d’insuline ou de glucose provoque en effet une secousse violente dans le corps. Immédiatement, les agents chimiques envahissent tous les récepteurs, sans aucune coordination du cerveau. L’orchestre est noyé, ne produit plus qu’un bruit informe. C’est l’assaut général avant même toute tentative de communication avec l’organisme. Conclusion selon le chercheur : « Même si la composition chimique de l’adrénaline est EN TOUT POINT IDENTIQUE quelle que soit sa provenance, l’action du médicament n’est qu’une caricature du processus réel ». Et c’est bien « l’organisme vivant qui est la meilleure pharmacie qui existe. Il fabrique tout ce que peuvent fabriquer les laboratoires, mais en mieux : les diurétiques, les analgésiques, les calmants, les somnifères, les antibiotiques etc. » Voilà pourquoi la médecine échoue systématiquement à guérir lorsqu’elle considère le corps comme un objet, qu’elle lui nie son « intelligence propre ». N’est-ce pas la même chose, que disait le Dr Debruyne à propos de sa tisane ? A la chimie propre de la plante (qu’on peut là aussi reproduire), il ajoutait en effet une autre dimension : l’attention, la générosité de celui qui prépare la tisane, et la gratitude du malade qui la boit. Ainsi une simple tisane devient un système entier qui unit les hommes entre eux, mais aussi au monde, à la nature et à la vie. Voilà, il me semble, où se situe la vraie victoire de la santé naturelle, ce qui justifie POURQUOI elle sera toujours mieux intégrée dans les protocoles de soin du futur : Elle rappelle au soignant le sens étymologique du mot grec « thérapeute » : le « serviteur, celui qui prend soin de l’autre ». Celui qui, comme le disait déjà Hippocrate, ne doit rien faire qui nuise. Mais qui éveille le patient aux équilibres naturels, à la nutrition, au développement personnel, à ses forces d’auto-guérison.


Alors, thérapeutes ou charlatans…?



Soyez en tout point écologique avec vous même !




Merci pour votre attention physique et psychique, devant votre écran...

Soyez-en sur, elle en sera en tout point récompensée…


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout