top of page
  • Photo du rédacteurRose

L'hydrotomie percutanée une méthode à découvrir !


Voilà, c'est le 3 -ème article que je vous partage sur des traitements dits "alternatifs" qui fonctionnent sur bon nombre de maladies et problèmes contemporains…

Ne vous méprenez pas, je ne fais pas l'apologie de charlatans !!!

Ce sont des méthodes éprouvées et scientifiquement sûres...

Prenez quelques minutes pour lire, c'est évidemment gratuit…

Quoi qu'il en soit la santé n'a pas de prix !

Soyez écologiques avec votre corps et votre esprit, épargnez lui, tant que faire se peut, le traumatisme des molécules chimiques ...


L'hydrotomie percutanée, une solution pour lutter contre l'arthrose

Il s’agit d’une technique de soins qui consiste en l’injection sous-cutanée ou intradermique d’une solution saline physiologique. Cette méthode est à la croisée de la mésothérapie et de l’hydratation sous-cutanée qui utilise l’eau comme un véhicule de transport pour apporter des micronutriments dans l’extra et l’intra-cellulaire. Ces 3 objectifs sont : l’hydrater, nourrir et véhiculer des apports thérapeutiques.

Au début du 20e siècle, le biologiste Réné Quinton reconnait l’intérêt de l’eau de mer injectable. En 1979, le docteur Pistor introduit la notion d’injection locale de médicaments. En 1983, le docteur Picard met en avant l’intérêt de l’oligothérapie dans le traitement de l’arthrose. Aujourd’hui, c’est le Dr Guez qui porte l’Hydrotomie Percutanée jusqu’aux autorités sanitaires les travaux développés depuis près de 40 ans en médecine libérale privée par des centaines de professionnels et actuellement expérimentés avec succès en centres antidouleurs. Son site internet liste toutes les pathologies pouvant être soulagées par l’hydrotomie, ses contre-indications et sur demande vous donne les contacts des médecins et infirmiers formés à cette technique. Je suis naturopathe et non habilitée à pratiquer cet acte.


Comment ça marche ?

Toutes nos cellules étant composées à 70% d’eau et d’oligo-éléments, l’eau est le meilleur véhicule d’apport thérapeutique local, à échantillon cellulaire, pour l’injection de médicaments ou de micronutriments. La peau est le premier organe de surface de filtration micronisé avec effet d’éponge ou de réservoir à libération prolongée grâce à son élasticité.

Cette méthode est articulée en 2 phases :

  • Une première phase de lavage : elle permet un véritable lavage thérapeutique cellulaire, tout en diluant les médiateurs chimiques locaux de l’inflammation.

  • Une seconde phase d’apport : elle permet la diffusion de façon ciblée de micronutriments.

Les produits utilisés, en plus du sérum physiologique pour la réhydratation extracellulaire et véhiculer des apports thérapeutiques peuvent être, en accord avec l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) :

  • La xylocaïne qui sert d’anesthésie ;

  • Des oligo-éléments (zinc, cuivre, manganèse, fluor, iode, potassium, sélénium, fer…) ;

  • Des vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B9, B12 (sauf en cas d’antécédents de cancer pour la vitamine B12) pour leurs propriétés régénératrices et neurotropes ;

  • Des vitamines A D C E K pour leur effet trophique, cicatrisant, antioxydant, antiradicalaire ;

  • Du magnésium pour son rôle dans la qualité de la transmission neuromusculaire ;

  • Du silicium organique, régénérateur du tissu conjonctif et du collagène ;

  • Des acides aminés : alanine, arginine, leucine, méthionine, valine intervenant dans la synthèse des protéines ;

  • Des vasodilatateurs qui améliorent la micro-circulation dans les phénomènes dégénératifs comme l’arthrose ;

  • Des antiinflammatoires à faible dose pour leurs effets antiagrégants plaquettaires, afin d’optimiser la micro-circulation à visée régénérative ;

  • De l’E.D.T.A. (Éthyl-Diamino-Tétra-Acétique préparation magistrale, en Allemagne et aux Pays-Bas) chélateur des métaux lourds et du calcium osseux du squelette ;

  • Des vaccins antigrippal, antipneumococcique, antihæmophilus type B (en France), vaccins homéopathiques injectables polyvalents (en Suisse et en Allemagne) ;

L’hydrotomie est avant tout un traitement de terrain. Les indications les plus répandues sont :

  • Les troubles ostéoarticulaires, l’arthrose les pathologies de la colonne vertébrale (discopathie, hernies discale, canal lombaire étroit..). L’Hydrotomie Percutanée dilue les cytokines pro inflammatoires, médiateurs chimiques de l’inflammation.

  • Les névralgies (cervico-brachiales, maladies d’Arnold, trijumeaux, canal carpien…)

  • Les troubles neuro-immunitaires (polyarthrite, maladie de Crohn…)

  • Migraines et acouphène.


Un exemple :

Les images ci-dessous illustrent le mécanisme de l'hydrotomie dans le cas de problèmes vertébraux provoqués par l'arthrose.






L’hydrotomie percutanée est une mésothérapie diluée (mémoires présentés au Diplôme Inter Universitaire de mésothérapie Université Bordeaux II Victor Segalen et à l’Université Paris VI, Faculté de Médecine de la Pitié-Salpêtrière « Intérêt des grandes dilutions en mésothérapie »).

Les infirmiers.ères diplomés.ées d’Etat (IDE) peuvent effectuer des perfusions sous-cutanées sur prescription médicale selon la nomenclature générale des actes professionnels (NGAP : AMI 9 – AMI 14).

Les injections sont effectuées par les professionnels de santé selon les règles d’asepsie en vigueur.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page