• Rose

La Crinière de Lion ( Héricium érinaceus )


La crinière de lion (Hericium erinaceus), ou hydne hérisson, hou tou gu ou encore yamabushitake, est un grand champignon blanc et hirsute ressemblant à la crinière d’un lion pendant sa croissance.

Ce champignon est utilisé en cuisine et en médecine traditionnelle asiatique en Chine, en Inde, au Japon et en Corée.

La crinière de lion peut être dégustée crue, cuite, séchée ou infusée sous forme de thé et existe aussi sous forme de complément alimentaire.

Sa saveur est décrite comme semblable à celle des crustacés, la comparant souvent au crabe ou au homard.





Régénération des cellules du cerveau et amélioration du fonctionnement de l’hippocampe, responsable du traitement des souvenirs et des réponses émotionnelles (ce qui expliquerait aussi la réduction des comportements anxieux et dépressifs)


Accélération de la guérison des lésions cérébrales, réduction de leur gravité (après un AVC notamment) et de leur taille jusqu’à 44% et réduction du temps de récupération de 23 à 41% après des blessures du système nerveux


Protection contre la perte progressive de la mémoire et prévention des dommages neuronaux causés par les plaques de β-amyloïde s’accumulant dans le cerveau au cours de la démence de type Alzheimer. Chez les adultes âgés souffrant de troubles cognitifs légers, la consommation quotidienne de 3 g de poudre de crinière de lion pendant 4 mois améliore considérablement le fonctionnement mental (ces avantages disparaissent à l’arrêt de la supplémentation).


Championne des anti inflammatoires et antioxydants La crinière de lion contient des actifs anti-inflammatoires et antioxydants parmi les plus puissants de la famille des champignons. Elle permet de réduire l’inflammation et le stress oxydant et pourrait traiter les maladies inflammatoires de l’intestin, les lésions hépatiques et les accidents vasculaires cérébraux. Ce champignon aurait encore de nombreux bienfaits, notamment liés au syndrome métabolique, comme :


• Une réduction du risque lié à l’obésité, une diminution du taux de triglycérides et de prise de poids jusqu’à 42%


• Une réduction du risque d’ischémie (insuffisance ou arrêt de la circulation dans un organe ou un tissu)


• Une baisse de la glycémie (y compris après les repas) et une élévation du taux d’insuline.


• Une diminution de la douleur nerveuse des mains et des pieds des diabétiques.


• Un effet anti-inflammatoire réduisant les symptômes d’anxiété et de dépression.


Chez des femmes ménopausées, la consommation quotidienne de biscuits contenant de la crinière de lion pendant un mois a permis de réduire les sentiments d’irritation et d’anxiété autodéclarés.


• Une augmentation de l’activité du système immunitaire intestinal, protégeant le corps des agents pathogènes.



La supplémentation quotidienne en extrait de crinière de lion a carrément quadruplé la durée de vie de souris auxquelles une dose létale de salmonelles avait été injectée !


Mieux que les antiacides contre les ulcères, l’extrait de crinière de lion peut également protéger contre le développement d’ulcères d’estomac en inhibant la croissance d’Helicobacter pylori, principale responsable des ulcères.


Il est d’ailleurs plus efficace pour prévenir les ulcères d’estomac provoqués par l’alcool que les médicaments antiacides traditionnels, et ce, sans aucun effet secondaire ! Ce champignon protège aussi la muqueuse de l’estomac des dommages souvent dus à l’utilisation à long terme de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens et même réduire de manière importante les symptômes et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies inflammatoires intestinales comme la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn.


Plus efficace que les médicaments face aux tumeurs.

Encore plus fort, la crinière de lion a des capacités de lutte contre le cancer, grâce à plusieurs de ses composés uniques : lorsqu’un extrait est mélangé in vitro à des cellules cancéreuses du foie, du côlon, de l’estomac et du sang, il accélère la mort des cellules cancéreuses. Dans des études effectuées sur les souris, il s’est révélé plus efficace que les médicaments traditionnels contre le cancer pour ralentir la croissance des tumeurs, tout en présentant moins d’effets secondaires. Aucun effet indésirable n’est observé chez le rat, même à des doses aussi élevées que 5 g par kilo de poids corporel par jour pendant un mois ou à des doses plus faibles pendant trois mois. Dans une étude menée en 2009 au Japon, les participants consomment quatre comprimés de 250 mg contenant 96% de poudre sèche de crinière de lion. Peu d’effets secondaires sont signalés.


Prenez soin de votre santé...


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout