• Rose

Relation entre émotions et santé...




Les émotions plaisantes, bonnes, agréables produisent la santé. Les émotions mauvaises: peur, haine, tristesse, produisent la maladie.

Tout ce qui gratifie la personne: tranquillité, sécurité et amour, produisent la santé. Un exemple simple : une personne souffre de psoriasis et part en vacances…

Elle va prendre un bain de mer, se fait bronzer, est sur la plage, et le psoriasis disparaît complètement. Elle retourne au travail, le jour suivant, tout explose de nouveau.

Pourquoi ? Si elle aimait réellement son travail, l'effet ne serait pas celui-là. Mais si elle va travailler dans quelque chose qu’elle n'aime pas, en ayant des contacts avec des personnes avec qui elle ne s’entend pas, elle n'est pas heureuse là où elle travaille, le psoriasis dévie son attention sur son corps.

L'inconscient représente 90%. Nous sommes seulement 10% conscients, 10% rationnels et 90% irrationnels. Et ces 90% attirent notre attention de la manière qu’ils peuvent.

Ils somatisent les maladies pour dévier l'attention du psychique. En réalité, la maladie très souvent n'est pas un problème, mais elle est la solution.

Seulement la personne ne se conforme pas avec elle, parce qu'elle lui apporte de la souffrance, alors elle veut guérir la maladie.


Le plus important c'est de ne pas pleurer sur le lait renversé.


Cette philosophie change totalement la vie.


Les Chinois considèrent la maladie comme une faute, une culpabilité.


Ils considèrent la maladie comme quelque chose que la personne a créé.


Notre côté négatif, attendant toujours le pire, est une usine à maladies, favorisant les baisses immunologiques.

La vision optimiste des choses, voyant toujours dans ce qui arrive de mauvais, quelque chose de bon, change complètement notre santé.


Peurs des émotions ?


Le nez : une ligne directe avec vos émotions


Les émotions sont multiples et leurs dénominations parfois très subtiles. Il n’est pas toujours simple de décrypter pour soi-même leurs différences et leurs implications. Ainsi la peur peut se révéler anxiété, angoisse, phobie, inquiétude, crainte, mais aussi frayeur, épouvante et bien d’autres encore. Après de longues années de recherche, le Dr Bach a mis au point des « remèdes » à base de plantes.


Ses recherches autour de l’homéopathie et son approche holistique de la médecine lui ont donné l’intuition d’une manière de « traiter » les émotions grâce au potentiel vibratoire des plantes. Les trente-huit remèdes finalement développés, qui sont utilisés de nos jours dans le monde entier, sont regroupés en sept catégories, proposant chacune quelques remèdes.

La catégorie concernant la peur en contient cinq qui affinent cette notion en fonction de son origine, de son objet. Ainsi la peur est définie tantôt comme une panique aiguë, cause de terreurs, de cauchemars, tantôt elle trouve son origine dans des choses précises comme la peur du noir.



Elle apporte parfois une sensation impalpable de menace indéterminée, trouve son origine dans les pulsions et actes destructeurs qui peuvent animer une personne, ou découler d’un souci excessif pour autrui.

L’utilisation des remèdes a pour but de rééquilibrer les peurs vers un sentiment de confiance et de sécurité. L’approche de l’aromathérapie énergétique permet d’utiliser la voie olfactive avec les huiles essentielles.

Le sens de l’odorat, en lien direct avec le système limbique, permet un accès immédiat aux émotions, enfouies au plus profond de la mémoire ou toujours présentes. Ce travail effectué grâce aux fragrances des plantes est complété par leur aspect vibratoire.


L’entrée en résonance avec une plante à travers la vibration de l’huile essentielle permet de libérer les blocages, de dégeler des émotions cristallisées dans le corps. Expérimenter l’aspect émotionnel avec les huiles essentielles va bien au-delà de la gestion du stress ou de l’amélioration du sommeil.


Il ne s’agit pas ici de comparer les deux méthodes, mais bien de proposer une alternative, complémentaire ou non, permettant de multiplier les points d’accès aux émotions et à leur traitement.

À chaque peur son « odeur » Les peurs aigües ne résistent pas Pour se libérer des peurs aiguës, les paniques, on pourra envisager d’utiliser l’huile essentielle de thym à thymol.

Celle-ci représente symboliquement l’énergie du feu qui transmute les peurs archaïques et inconscientes, ces terreurs qui donnent des cauchemars.

Le thym thymol apporte l’enracinement, il relie à l’énergie de la terre, à une source à laquelle puiser force et courage en situation de crise. On prendra garde à ne pas utiliser le thym à thymol chez les enfants de moins de 6 ans et durant la grossesse, et à toujours la diluer.


Retrouvez le sourire face à une peur identifiée :

En revanche, si la peur a une source précise, palpable, identifiable, l’huile essentielle choisie sera directement en lien avec cette cause.

Dans le cas de la peur du noir par exemple, on peut envisager de ramener de la lumière dans l’obscurité avec l’huile essentielle de litsée citronnée. Elle rend le sourire, apporte la lumière des plans supérieurs qui stimulent la foi quand tout semble noir, elle crée l’harmonie autour de soi. En diffusion, elle participe à créer une ambiance de paix, de sérénité et d’harmonie, pour transformer et alléger l’énergie lourde d’un lieu. Respirer la litsée au cours de la journée et appliquer en massage sur le ventre et les bras, diluée de 5 à 10 % dans de l’huile végétale, selon le besoin de 2 à 4 fois par jour. Légèrement dermocaustique, on pensera à toujours diluer l’huile essentielle de litsée avant de la mettre sur la peau.


La pruche face à la peur de la mort et de la séparation :

Quand une peur est associée à la mort, à la séparation, l’huile essentielle de pruche est un excellent harmonisant. En effet, au niveau physique, comme la plupart des conifères elle recharge les glandes surrénales, ce qui apporte force, énergie et soutien en périodes de transition.


Prenez soin de votre santé...

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout